Prépare les pop-corn, je choisis un livre !

22 Oct

Connaissez-vous Gary Shteyngart ? Auteur d’un des Best Sellers du moment, Super Sad True Love Story, il a crée un véritable buzz suite au book trailer de son roman que l’on nous a présenté comme un modèle du genre.

Un book trailer, pourquoi ?
Les book trailer se sont multipliés à partir de 2006 et donnent lieu à un large débat. Appliquer aux livres les méthodes de promotion des films pose en effet une question fondamentale : comment traduire en images ce qui n’en a pas ? En effet, ce ne sont pas les livres illustrés qui furent les premiers à bénéficier d’une telle promotion mais les romans. Or comment adapter ceux-ci au rythme imposé par la bande-annonce, format qui doit susciter l’émotion, tout au moins la curiosité du spectateur en quelques secondes ? De plus, comment en mesurer l’impact sur les ventes ?
Ce sont ces mêmes questions que se pose Ruth Liebmann, de la direction du marketing de Random House : »Les book trailer sont de plus en plus fréquents, presque un livre sur trois« . Mais ce format n’est pas fait pour tous les livres, encore moins pour tous les auteurs : « Après le buzz de Gary Shteyngart, tous les auteurs ont appelé pour faire la même chose. Le problème, c’est que beaucoup d’entre eux ne sont pas des rigolos, et c’est difficile de leur faire comprendre« .
Pour l’instant l’usage est encore restreint mais la concurrence est telle que tous les moyens sont bons pour faire parler d’un livre. Puisque « les critiques dans la presse ne font plus vendre, il faut faire du buzz« . De plus, le trailer permet de toucher un nouveau public (les jeunes, mais pas seulement) à travers un format que la plupart connaissent et qu’ils ont l’habitude de diffuser.
Mais la pratique du book trailer a aussi fait un bond quand Amazon.com les a intégré à ses pages produit: « Désormais, si votre livre n’a pas de trailer, vous avez un blanc sur la page, et ce n’est jamais bon sur Amazon : cela donne l’impression que le livre est moins soutenu par la maison d’édition, donc moins important« , nous explique-t-on.

Impacts et limites
Pour l’instant, la plupart de ces vidéos sont réalisées en interne par les plus jeunes des équipes marketing ou numériques, comme chez Abrams, et ne sont pas très chères, mais certaines maisons commencent à confier ce travail à des sociétés spécialisées. Cette pratique n’est pas encore entrée dans les mœurs et nombreux sont les directeurs des ventes (les plus âgés, il est vrai) qui regardent d’un œil suspect ces vidéos présentées en réunion. On peut en effet douter de leur impact quand on regarde les chiffres de certaines sur youtube. De plus, on ne peut que regretter que la promotion de livres se fasse par des images. Est-ce que bientôt on s’enverra des liens vers des vidéos youtube en disant simplement « Lis-ça » ? C’est en tous les cas, le pari que font certains sites internet qui regroupent des book trailer.

Avant de partir, voici la (ridicule?) bande-annonce de Pride and Préjudice and Zombies dont je vous parlais précédemment:

Publicités

3 Réponses to “Prépare les pop-corn, je choisis un livre !”

  1. Emmanuel octobre 25, 2010 à 6:49 #

    Merci pour ce post très intéressant, Constance.

    En France, l’un de ces book trailers (signé Random House, d’aileurs) tourne en boucle : celui du dernier roman de Bret Easton Ellis, Imperial Bedrooms. Le trailer a été diffusé à chacune des interventions de l’écrivain à la télévision.

    Mais j’ai l’impression que ces films s’inscrivent dans un cadre plus grand de marketing opérationnel. Reprenons l’exemple de Imperial Bedrooms. Random House a créé un site pour accompagner la sortie du roman sur lequel on peut télécharger des fonds d’écran, et même la « playlist » du livre.
    http://www.randomhouse.com/kvpa/eastonellis/#/home

    Et je viens de me rendre compte que l’éditeur français du livre, Robert Laffont, renvoie de la page créée pour le livre français directement au site de Random House :
    http://www.laffont.fr/livre.asp?code=978-2-221-10869-7

    • Constance novembre 8, 2010 à 1:21 #

      Merci, Emmanuel.
      Oui, les book trailers arrivent en France -ne dit-on pas d’ailleurs que (presque) tout ce qui se passe dans l’édition aux Etats-Unis arrivent 5 ans après en France ?

      A ajouter à tes exemples, l’initiative de Grasset qui a fait réaliser des films courts pour promouvoir la portée cinématographique de certains de ces romans. Ces films, censés convaincre les producteurs et les réalisateurs français, ont été envoyé à ces derniers dans l’espoir qu’ils achètent les droits.

  2. Denis Grienenberger janvier 16, 2013 à 10:28 #

    Bonjour,

    oui le « book-trailer » commence à se diffuser en France.

    Mais il y a de tout, depuis le simple dia-show avec quelques effets spéciaux jusqu’au véritable court-métrage.
    En rédigeant mon Thriller, j’ai tout naturellement eu envie de retranscrire en images les moments forts de mon récit.

    Le voici sur youtube : http://youtu.be/VchtZM0Mf_U
    4 Jours de tournage, et de très nombreuses heures de montage…

    Site du livre : http://www.audeladelillusion.com
    Site Facebook du livre : http://www.facebook.com/audeladelillusion

    Denis Grienenberger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :